Mysterium Actualités

 

Mysterium : Que la partie commence !

Le mystère s'épaissit, les doutes demeurent et l'enquête se poursuit...

30 novembre 2016 | Mysterium

 

 

Mysterium est le dernier-né de Libellud. À l’intérieur de cette magnifique boîte vous trouverez un jeu pour 2 à 7 joueurs, qui ne sera pas sans vous rappeler Cluedo et Dixit (le premier grand succès de Libellud).

Nous sommes dans les années 20, un soir d’Halloween, dans le manoir Warwick. Un groupe de mediums entre en contact avec l’âme d’un défunt. Celui-ci a été assassiné. Encore choqué, ses souvenirs sont troubles et il va avoir besoin d’aide pour trouver son assassin.

 

Un fantôme dans la brume

Il s’agit d’un jeu coopératif. Les joueurs vont devoir ensemble deviner qui est l’assassin, dans quel lieu le meurtre a eu lieu et quelle est l’arme du crime. Si leur intuition est juste, c’est la victoire pour tous. Les joueurs ont tous le même but mais pas tous le même rôle. Les joueurs forment le groupe de mediums. Tous sauf un, qui incarnera le fantôme.

Au début de la partie le fantôme va piocher des cartes afin d’assigner un suspect, un lieu et un objet à chaque joueur. Au cours de la partie il devra aider chaque medium à reconstituer ces trois éléments. Lorsque les joueurs auront correctement deviné cette première partie du mystère, il sera de temps de trouver parmi ces suspects lequel est le vrai coupable.


Esprit, es-tu là ?

Dis-comme cela, la tâche a l’air aisé. Sauf que le fantôme ne pourra pas parler avec les mediums et qu’il restera sourd à leur question. Comment vont-ils communiquer ?

À chaque coup d’horloge entre minuit et sept heures (soit 7 tours de jeu), le fantôme va envoyer une vision dans l’esprit de chacun des mediums. Cette vision prend la forme d’une des cartes visions du jeu, illustrées par le génial Xavier Colette. Les mediums devront interpréter cette vision et la relier à l’un des suspects, lieux, ou armes du crime.

Les mediums devront interpréter ces visions afin de mettre le doigt sur l’élément que le fantôme cherche à leur faire deviner. S’ils devinent juste, ils mettent de côté la carte illustrant l’élément et se préparent à deviner l’élément suivant. S’ils se trompent, ils conservent ce premier indice. Le fantôme, tenant compte de leur erreur, leur en donnera un nouveau au tour suivant.

Les mediums sont libres de discuter entre eux et de partager leur opinion. Lorsque l’un d’entre eux prend sa décision, les autres peuvent indiquer leur accord ou leur désaccord.

C’est la nonne, dans la serre, avec le fer à repasser !

Lorsque tous les mediums ont trouvé leur suspect, lieu et arme du crime, il est temps de passer à la phase finale. Le fantôme décide secrètement du coupable et pose face cachée trois cartes indices sur la table. Chaque joueur peut alors retourner celles de son choix. Plus il aura excellé dans la phase précédente, plus il pourra en regarder. Après avoir consulté les cartes, le joueur doit immédiatement voter secrètement pour l’un des suspects.

Si la majorité des mediums désigne le bon coupable, la partie est gagnée. Sinon, il doit bien rester suffisamment de temps pour jouer une autre partie.

Je vois un grand avenir

Mysterium mélange avec succès des mécaniques connues qui parlent à tous et un matériel de jeu magnifique pour un résultat original, une expérience à part. On savoure la victoire mais on se rappellera surtout des quiproquos et des incompréhensions farfelues entre le fantôme et les mediums. Une fois la partie finie, il sera temps de faire tourner le guéridon, d’échanger les rôles et d’en commencer une nouvelle.

...