Citadelles Actualités

 

De nouvelles citadelles

Bluff et coups bas, soyez prêts à tout pour développer votre cité !

22 novembre 2017 | Citadelles

 

Les bâtisseurs de cités

Dix-sept ans après sa première édition, Citadelles fait son retour, sous la simple impulsion de l’envie de son créateur de lui redonner un coup de jeune. Avant passer en revue les différences avec les autres éditions, faisons un petit rappel des mécaniques du jeu.

 

Notables et roturiers

Vous voici propulsés à la tête d’une cité médiévale que vous allez tenter de faire prospérer jusqu’au sommet. Huit cartes personnages seront utilisées (sur 27 possibles) pour chaque partie. Des cartes numérotées de 1 à 8 (il y a des cartes 9, uniquement pour les parties à 3 ou 8). D’autre part, 14 merveilles (parmi 30 possibles) sont mélangées avec le reste des cartes quartiers, pour constituer la pioche. Quatre cartes de ce paquet sont données à chaque joueur, ainsi que 2 pièces d’or.

Le joueur ayant la couronne (le plus âgé au premier tour) prend la couronne et les 8 cartes personnage, les mélange et en écarte une, face cachée (d’autres faces visibles, parfois, selon le nombre de joueurs). Il regarde celles qui restent et en choisit une avant de donner le reste des cartes au joueur suivant, qui en choisit une, et ainsi de suite. Lorsque le dernier joueur a choisi sa carte, la dernière restante est mise face cachée, avec l’autre. Si bien qu’on ne peut pas complètement savoir quels personnages ne seront pas joués !

Compagnonnage urbain

Le joueur détenant la couronne appelle ensuite les personnages dans l’ordre de numéro, en commençant donc par le 1. Si un joueur possède le numéro appelé, il le dévoile et joue son tour. Il commence par recevoir des ressources. Il prend au choix 2 pièces d’or ou pioche deux cartes quartiers qu’il consulte pour n’en garder qu’une. Ensuite, il peut construire un quartier. Pour cela il pose l’une de ses cartes sur sa ville et en paye le prix en pièces d’or.

Il y a 5 types de quartiers : noble, religieux, militaire, commerçant et merveille. Les 4 premiers types ont leur importance pour certains pouvoirs de personnages (sachant qu’on ne peut pas construire de quartier dont le nom est identique à un quartier que l’on possède déjà). Les merveilles, quand à elle, ont un pouvoir permettant de gagner de l’or, des points de victoire, etc.

Le joueur PEUT également activer le pouvoir du personnage qu’il a sélectionné. L’assassin peut tuer un autre personnage et faire passer son tour au joueur qui l’a choisi (si celui-ci a bien été choisi), le voleur prend tout l’argent du personnage qu'il appelle, la magicienne peut échanger les mains de deux joueurs, la Marchande reçoit une pièce par quartier commerçant que le joueur possède, etc. 27 personnages pour autant de pouvoirs et de variantes.

Des cités pour le guide vert

Quand la partie est terminée on compte les points. Chaque joueur additionne la valeur de ses quartiers. Il ajoute 3 points s’il a les 5 couleurs de quartiers dans sa cité. Le joueur qui a été le premier à poser sa 7ème carte gagne 4 points de bonus. Les joueurs qui ont réussi à faire de même dans le même tour remportent 2 points. Ensuite, il faut ajouter les différents bonus liés aux pouvoirs des merveilles.

Cette nouvelle édition a été entièrement relookée avec nouvelles illustrations, plus médiévales que celles d’origine, plus proches d’un look renaissance. Elle contient des cartes de la première édition, mais d’autres reprises de l’extension La cité sombre, d’un ancien concours de création de cartes en Allemagne, et de nouvelles cartes inventées pour l’occasion. Toutefois, pour les puristes, une édition ‘classique’, la première édition, est toujours disponible en magasins, au côté de cette nouvelle version.

Alliant le ‘draft’ de cartes, le bluff et la constitution de collections de cartes, Citadelles est un indémodable classique qui trouve ici un seconde souffle providentiel, puisqu’il n’en avait nul besoin !

 

Votre tour est venu de devenir le Maître de la Cité !