Les Chevaliers Arc-en-Ciel Actualités

 

On joue à saute nuage ?

Affrontements de chevaliers à travers les cieux d'azur, gare aux carambolages !

 

On joue à saute nuage ?

Attention, ça va aller très vite ! De deux à six chevaliers vont s’affronter dans une course effrénée à travers les cieux d’azur, en laissant dans leur sillage des traînées multicolores. Mais gare aux carambolages ! Sauter de nuage en nuage, c’est fun, mais ce n’est pas sans risque !

Chacun se munit de la pioche de cartes transparentes à sa couleur.

Après avoir soigneusement délimité la zone de jeu par des cartes indiquant le bord du ciel (si, si, le ciel a une limite, les anglo-saxons ne disent-ils pas que “zeu skaï is zeu limite ?”), vous pouvez placer - si vous le souhaitez - des cartes “nuages” dans la zone de jeu, pour corser le défi. Ces cartes seront autant d’obstacles que devront éviter vos pilotes chamarrés.

Chevaliers, démarrez vos licornes !

Lorsque tout est en place, chaque chevalier place sa carte de départ en bordure de la zone de jeu. C’est de là que votre chevalier va s’élancer.

Chacun mélange alors ses cartes et les divise en deux paquets à peu près égaux, qu’il place devant lui.

Là vous êtes prêts. Vous pouvez faire chauffer les moteurs à barbapapa, régler les carbus rose bonbon et lancer la course qui va se dérouler... en temps réel !

Eh oui… pas de tour de jeu dans Chevaliers arc-en-ciel !

Tout le monde joue en même temps en construisant peu à peu son arc-en-ciel tortueux. On prend les cartes une par une en se servant dans l’une de ses deux pioches. On raccorde alors la carte piochée au trajet déjà en place. Bien sûr, on n’a pas toujours la carte qu’il faut au bon moment, et il faut parfois fouiller dans la pioche...

Et c’est "Petit Biscuit" qui prend un virage serré sur l’aile !

Inutile de dire que la tension est palpable et qu’il n’est pas rare d’entendre un chevalier fleurir son langage de tournures bigarrées lorsqu’il ne trouve pas la bonne carte dans sa pioche.

La frénésie de la course ne prend fin que lorsqu’un joueur ne peut plus jouer sans provoquer un accident. Pas de radar ni de panneaux indicateurs dans l’immensité céleste, et un accident est vite arrivé.

En effet, il n’est pas rare qu’un chevalier conduise son nuage avec un peu trop d’enthousiasme et de précipitation, et qu’il finisse par emboutir le bord du ciel, par rentrer en collision avec une traînée multicolore adverse, ou qu’il percute carrément un adversaire.

Dès qu’un choc se produit, on fait un constat… On constate surtout qu’il y a un vainqueur : celui ou celle qui a posé le plus de cartes avant l’accident fatidique.

Que vous soyez un pilote émérite ou un conducteur de nuage du dimanche, vous devriez trouver votre compte dans cette course intense aux sensations stratosphériques.

Pour les moins frénétiques d’entre vous, il existe également une règle plus calme, dans laquelle chacun joue à son tour. Un bon moyen de se familiariser avec le jeu en faisant un tour de chauffe !